Don du corps à la science

don du corps à la science

Certaines personnes font le choix, après leur décès, du don du corps à la science. Leur corps est donc pris en charge par le Centre Hospitalier Universitaire le plus proche et servira aux futurs médecins pour se former.
don du corps

  • Comment donner son corps à la science ?

  • Que se passe t-il au moment du décès ?

  • Quel coût ?

  • Le corps peut-il être refusé ?

  • Qu’advient-il du corps après les travaux anatomiques ?

  • En bref

 

Comment donner son corps à la science ?

Le don du corps à la science doit être une démarche libre et éclairée. Tout majeur peut donner son corps à la science en l’indiquant sur papier libre, daté et signé. La décision n’est pas irrévocable et la personne pourra changer d’avis à tout moment.

Le déclarant devra envoyer ses volontés à la faculté de médecine la plus proche (CHU), et celle-ci lui renverra des documents à compléter. A réception des démarches dûment complétées, la personne recevra une carte de donneur qu’elle devra conserver sur elle en permanence.

Que se passe t-il au moment du décès ?

Lorsque le décès survient, il faudra :

  • prévenir un médecin qui effectuera le certificat de décès
  • prévenir une société de pompes funèbres qui se chargera du transport de corps vers le CHU

Le transport de corps doit être effectué dans un délai de 48 heures suivant le décès, le corps ne devra pas subir de soins de conservations. La famille du donneur n’a que peu de temps pour se recueillir près du corps.

Quel coût ?

Le CHU demande généralement une participation de la part du donneur, qui paiera notamment la crémation du corps une fois que les interventions auront été effectuées dessus. 

De plus, la famille devra également prendre en charge le transport du corps effectué par la société de pompes funèbres.

La personne qui fait don de son corps à la science peut souscrire à un contrat obsèques pour régler d’avance les frais dû au transport du corps.

don du corps à la science

Le corps peut-il être refusé ?

 

Oui, dans les cas suivants :

  • absence de la carte de donateur,
  • non respect du délai de 48 heures maximum pour transporter le corps,
  • décès à l’étranger obligeant à une mise en bière,
  • décès consécutif à une maladie contagieuse obligeant à une mise en bière,
  • décès consécutif à un accident de la route, à un suicide ou toute autre raison susceptible de poser un problème médico-légal 

 

Qu’advient-il du corps après les travaux anatomiques ?

Après avoir disposé du corps, le CHU procède à sa crémation. Dans certaines facultés, les cendres peuvent être remises à la famille. Lorsqu’elles ne le sont pas, elles font l’objet d’une dispersion dans un jardin du souvenir. La plupart des CHU ont aménagé une stèle ou plaque de remerciement aux personnes qui ont fait don de leur corps, et sur lequel les familles peuvent aussi se recueillir.

A noter : d’après le site service-public.fr, la crémation peut intervenir plusieurs mois, voire années après le décès.

En bref

 

  • Tout majeur peut donner son corps à la science en s’adressant au CHU le plus proche

 

  • Au moment du décès, le médecin effectue le certificat de décès et les pompes funèbres transportent le corps jusqu’au CHU dans un délai de 48h

 

  • Le coût du don du corps est fixé par le CHU, certains pratiquent la gratuité, la famille pourra être amenée à régler le transport du corps auprès des pompes funèbres

 

  • Le corps peut être refusé, notamment en l’absence de la carte de donneur

 

  • Après que le CHU ait disposé du corps, celui-ci fait l’objet d’une crémation, les cendres sont ensuite dispersées dans un jardin du souvenir.