Don d’organes

don organes

Le 22 juin est la journée nationale du don d’organes. Une occasion pour Fidès Funéraire d’informer les internautes.

Don d’organes, le consentement présumé 

Chaque personne en France, est présumée accepter que ses organes ou ses tissus soient donnés après son décès. 

La loi a évolué dans ce sens pour que le don d’organes soit une expression de la solidarité nationale à l’égard des malades en attente de greffe. Nous sommes donc tous des donneurs d’organes potentiels.

Cependant toute personne a la possibilité d’exprimer son refus du d’on d’organes en s’inscrivant sur le registre national des refus. Les médecins, consultent également la famille après le décès pour s’assurer que la personne n’avait pas fait part à son entourage de son opposition au don d’organes. Il ne s’agit donc pas de demander l’avis de la famille mais de s’assurer que le prélèvement ne va pas à l’encontre des volontés du défunt.

En parler

Donner son avis à la famille reste donc important, quelque soit votre choix. La plupart des dons d’organes se font suite à un décès brutal, et les médecins doivent agir dans l’urgence. Si personne, dans l’entourage, ne connaît la position du défunt, une interprétation de ses présumées volontés est engagée et prendra du temps. Pendant ce temps un malade est en attente et la greffe, doit se faire dans un délai limité.

Comment le corps du défunt est-il rendu ?

Le défunt est opéré avec le même soin qu’une personne vivante, les cicatrices sont refermées et les plaies recouvertes par des pansements. Tout est fait pour que l’intervention passe inaperçue.

Vous trouverez plusieurs réponses sur le site de l’agence de la biomédecine http://www.dondorganes.fr/.

Fidès Funéraire est en attente de la réponse à une question : est-il possible de procéder à des soins de conservation après un don d’organes, notamment si l’organe prélevé est le cœur ?

Quelques chiffres

21 464 personnes étaient en attente d’une greffe en 2015

49 198 personnes ont été greffées depuis 2006

3 à 4 heures – c’est le laps temps maximum entre le moment ou un cœur doit être prélevé et ou il doit être greffé

Don d’organes, à ne pas confondre avec le don du corps à la science.